La première poutrelle Canam fabriquée il y a 60 ans

Partage

5 mai 1961, il y a exactement 60 ans, était fabriquée la première poutrelle Canam à l’usine de Saint-Gédéon-de-Beauce. Aujourd’hui, la fabrication a bien évolué, mais ramenons-nous en 1961 pour en apprendre plus sur l’usine à cette époque.

Conditions de travail
En 1961, une dizaine d’employés saisonniers travaillent à l’usine. Les six premiers mois, ils produisent en moyenne 50 % du temps. Ce n’est qu’en 1962 qu’ils travaillent des semaines complètes et déjà, en 1963, une trentaine de personnes sont à l’emploi de Canam.

« Les conditions de travail à l’époque sont difficiles », affirme M. Marcel Dutil, président du conseil. « L’usine n’est pas chauffée et de novembre à avril, la visibilité à l’intérieur ne dépasse pas 50 pieds. En plus de la fumée de soudage, nous brûlons des boîtes de carton dans des barils pour nous réchauffer. »

La fabrication
Les premières poutrelles courte portée fabriquées par Canam sont destinées à la région de Boston. Les âmes (web) sont constituées d’acier rond et on soude « à la baguette » (rod). Les poutrelles à cette époque pèsent deux à trois fois plus qu’aujourd’hui pour une capacité et une longueur similaire. 

Les poutrelles Canam servent entre autres à la construction de centres commerciaux, d’hôtels et d’écoles et l’équipe travaille sur un maximum de 150 projets par an. Aujourd’hui, ce sont entre 3 000 et 4 000 projets qui sont fabriqués annuellement par Canam. La production d’une poutrelle nécessite jusqu’à 8 heures/homme. La fabrication moyenne d’une semaine était de 25 tonnes et de nos jours, nous fabriquons jusqu’à 1 400 tonnes hebdomadairement.

Certains aspects de la fabrication ont moins changé. Si nous pensons à la peinture, elle se faisait déjà par trempage, sauf que la couleur utilisée, le noir asphalte, comprenait du goudron dans sa composition. Tout comme aujourd’hui, nos collègues en 1961 utilisent des ponts roulants pour manipuler le matériel.

« Quand tu as commencé ici en 1961, tu ne peux pas croire tout ce que tu vois aujourd’hui. Si Canam est rendu où il est aujourd’hui, c’est parce que nos gens de Saint-Gédéon, nos racines, nous ont permis de grandir partout. Les femmes, les hommes qui travaillent dans nos usines sont notre actif le plus précieux parce qu’ils font la différence. Merci beaucoup! », ajoute en conclusion M. Dutil.

Fabrication de poutrelles en 1961 à l’usine de Saint-Gédéon
Fabrication de poutrelles en 1961 à l’usine de Saint-Gédéon
Chargement d’une remorque à l’époque des débuts de la fabrication
Chargement d’une remorque à l’époque des débuts de la fabrication
Vue aérienne en 1961 de Canam
Vue aérienne en 1961